Imprimer
Catégorie parente: Arts & métiers
Catégorie : Menuiserie
ou COUCHETTE, s. f. (Menuiserie) se dit du bois de lit avec toutes ses pièces, et disposé à recevoir les matelas.

COUCHE DES NERFS OPTIQUES, en Anatomie, sont deux éminences ovales, situées dans la partie moyenne et postérieure des ventricules latéraux du cerveau. Voyez CERVEAU.

Elles sont ainsi appelées, parce que les nerfs optiques en viennent. Voyez OPTIQUES. (L)

COUCHE, (Médecine) se dit de l'état de la femme et du temps qui suit immédiatement l'accouchement. Ses couches ont été longues ; ses couches ont été fâcheuses. Voyez ACCOUCHEMENT.

COUCHE, en Architecture, est une espèce d'enduit de chaux et de ciment, d'environ un demi-pouce d'épaisseur, qu'on raye et picote à sec avec le tranchant de la truelle, et sur lequel on repasse successivement jusqu'à cinq ou six autres enduits de la même matière, pour faire le corroi d'un canal, d'un aqueduc, etc. (P)

COUCHE, (Arquebusier) la partie menue de la crosse d'un bois de fusil, à l'extrémité de laquelle d'un côté est la crosse, et de l'autre l'entaille qui reçoit la queue de la culasse.

COUCHE, en Peinture, est un enduit de couleur qu'on met sur des treillages, trains de carrosses, auvents, etc. sur des planches, sur des murailles, des toiles, avant de peindre dessus. On appelle cette façon d'enduire, imprimer. Cette toile, dit-on, n'a eu qu'une couche de couleur, deux, trois couches, etc. On dit bien, en Peinture, coucher la couleur ; avant de fondre les couleurs, il faut qu'elles soient couchées ; mais on ne dit pas, ce tableau a eu trois couches de couleur, pour exprimer qu'il a été repeint deux fois sur l'ébauche. Dictionnaire de Peint. (R)

COUCHE, en termes de Boulanger, ce sont des toiles ou des bannes étendues sur une table, ou toute autre chose semblable, sur lesquelles on met le pain pour le faire lever.

COUCHE : les Brasseurs désignent par ce terme la disposition du grain dans le germoir, en un tas carré et d'une épaisseur convenable à pouvoir germer.

COUCHE, en termes de Charpentier, ce sont des pièces de bois que l'on met par terre, et sur lesquelles portent les étais des solives d'un plancher qui a besoin d'être étayé.

COUCHE, (Jardinage) est une élévation de litière ou grand fumier de cheval, de quatre pieds de haut, large d'autant, et d'une longueur à volonté : on range proprement ce fumier, on le tripe bien, et on le couvre au moins d'un demi-pié de terreau, pour y élever les graines et les plantes délicates. Il faut faire les couches en Janvier, et les exposer autant qu'il est possible au Soleil de midi.

On distingue de trois sortes de couches, la chaude, la tiede, et la sourde.

La couche chaude est celle qui vient d'être construite, et qui conserve toute sa chaleur, dont on laisse évaporer une partie en laissant passer huit jours sans y rien semer. Le doigt enfoncé dans la couche, fait juger de sa chaleur ; et les six à sept pouces de terreau dont on la couvre, sont pour garantir de la vapeur du fumier les jeunes plantes qu'on y seme.

La couche tiede est celle qui ayant perdu un peu trop de chaleur, demande à être réchauffée ; ce qui se fait en répandant dans les sentiers du pourtour, du grand fumier de cheval ou de mulet.

La couche sourde est enterrée jusqu'à fleur de terre, mais elle n'a jamais tant de chaleur que les autres : on s'en sert à élever des champignons, et à rechauffer des arbres plantés en caisse.

On expose peu-à-peu à l'air les jeunes plantes qui sont semées sur la couche, en élevant les cloches sur des fourchettes de bois, qui laissent un passage à l'air : c'est par ce moyen qu'on accoutume les jeunes plantes à supporter le grand air.

Les semences qu'on y répand doivent être un peu à claire-voie, sans cela les plants s'étoufferaient l'un l'autre. On a le soin de les éclaircir, en arrachant les plus serrés, ou on les repique en les plantant au plantoir sur d'autres couches, ce qui les avance beaucoup. Les saisons qui font craindre la fraicheur des nuits, obligent à couvrir les couches de paillassons et de brise-vents, que l'on lève tous les matins. (K)

COUCHE, chez les Tanneurs, Chamoiseurs, et Mégissiers ; c'est une certaine quantité de peaux que ces artisans mettent à-la-fais sur le chevalet pour les quiosser. Voyez QUIOSSER.

COUCHE, entretoise de couche. Voyez l'article CANON.

COUCHE, (Economie domestique) lange dont on enveloppe les enfants au maillot, et dont on doit les rechanger tous les jours aussi souvent que la propreté l'exige.

COUCHE, (Chimie) Voyez LIT.

COUCHE, terme de Doreur, c'est la feuille d'or ou d'argent qu'on porte sur l'objet ou le bâton qu'on veut argenter ou dorer.

COUCHE, (Doreur sur cuir) mélange de blanc d'œuf et d'eau gommée, qu'on applique sur le cuir, avant que d'y poser la feuille d'or ou d'argent.




Affichages : 1538