Imprimer
Catégorie parente: Histoire
Catégorie : Histoire ancienne & moderne
S. f. (Histoire ancienne et moderne) sorte de chaussure ou pantoufle fort riche, qui était faite d'or, de soie, ou d'autres étoffes précieuses, et que portaient autrefois les dames grecques et romaines ; elle consistait en une semelle, dont l'extrémité postérieure était creusée pour recevoir la cheville du pied, la partie supérieure du pied restant découverte.

Térence dit, en parlant de cette sorte de chaussure,

Utinam tibi commitigari videam sandalis caput.

plut-à-Dieu qu'elle vous cassât la tête avec sa sandale.

Apollon était quelquefois nommé sandaliarius, faiseur de sandale. Les critiques ont été fort embarrassés sur la raison pour laquelle on lui donnait ce nom ; quelques auteurs le font venir d'une rue appelée vicus sandaliarius, qui était habitée principalement par des faiseurs de sandales, et où ce dieu avait un temple ; mais d'autres font venir avec plus de vraisemblance le nom de la rue, de celui du dieu, et croient qu'Apollon avait été appelé ainsi, à cause de sa parure efféminée, comme s'il portait des sandales de femme.

M. Burette, dans ses dissertations sur la musique des anciens, dit qu'ils se servaient de sandales de bois ou de fer, pour battre la mesure, afin de rendre la percussion rythmique plus éclatante.

Sandale signifie aussi une espèce de soulier ou de pantoufle que portent le pape et les autres prélats quand ils officient et qui, à ce qu'on croit, est semblable à la chaussure que portait S. Barthelemi.

Alcuin dit qu'il y avait quelque différence entre les sandales des évêques et celles des prêtres et des diacres.

Il n'était permis aux moines de porter des sandales que quand ils voyageaient, selon la remarque de Ducange, de Saumaise, etc.

Sandale est encore le nom d'une espèce de pantoufle ou soulier découpé par-dessus, que portent aujourd'hui les religieux reformés de différentes congrégations ; elle consiste en une simple semelle de cuir, liée avec des courroies ou des boucles par dessus le haut du pied, qui est presque entièrement à nud, à-peu-près comme les peintres peignent le bas du brodequin des anciens. Les capucins portent des sandales, et les récollets des socles ; les sandales sont toutes de cuir, au lieu que la semelle des socles n'est que de bois.

SANDALE, s. f. terme de maître d'escrime ; ce mot se dit parmi les maîtres d'armes, d'un soulier qui n'a qu'une demi empeigne, et qui n'a point de talon. On le met ordinairement au pied droit. (D.J.)

SANDALE, (Marine) sorte de bâtiment du levant, qui sert d'allege aux gros vaisseaux. Voyez ALLEGE.




Affichages : 1268