Imprimer
Catégorie parente: Morale
Catégorie : Monnaie
(Monnaie) pièce de monnaie de France qu'on commença de fabriquer sous Louis XIII. en 1641, peu de temps après les louis d'or.

L'ordonnance porte que les louis d'argent seront fabriqués les uns de soixante sols, les autres de trente sols, de quinze sols et de cinq sols, tous au titre de onze deniers de fin, au remède de deux grains. Les louis d'argent de soixante sols, pesant vingt-un deniers huit grains trébuchant chacun, à la taille de huit pièces, onze douziemes de pièce, au remède d'un douzième de pièce, et les autres espèces à proportion. On n'avait point encore fait de monnaie d'argent si pesante en France depuis le commencement de la monarchie. Les louis d'argent de Louis XV. ont été à la taille de huit, de dix au marc et ont valu tantôt plus, tantôt moins, selon les opérations de finance, dont nous ne ferons pas ici l'éloge. Nous remarquerons seulement que les louis d'argent de soixante sols, se nomment à présent un petit écu, et que par-tout où il est parlé d'écus avant l'an 1641, il faut toujours l'entendre de l'écu d'or.

LOUIS D'OR, (Monnaie) pièce de monnaie de France qu'on a commencé à fabriquer sous le règne de Louis XIII. en 1640.

Les louis d'or fabriqués alors et depuis, étaient à vingt-deux karats, et par conséquent plus faibles d'un karat que les écus d'or. Le louis d'or du poids de cinq deniers six grains trébuchant, valait dix livres ; celui de deux deniers quinze grains trébuchant, valait cinq livres.

Mais il ne faut pas oublier de remarquer ici qu'on fabriqua pour la première fois en 1646, la majeure partie des louis d'or au moulin, dont enfin l'utilité fut reconnue et protégée par le chancelier Séguier, contre les oppositions et les cabales qui duraient depuis vingt-cinq ans, et qui avaient obligé Briot, l'auteur de cette invention, à la porter en Angleterre, où on n'hésita pas à l'adopter sur le champ.

On fit aussi dans ce temps-là, des demi-louis, des doubles louis, des quadruples, et des pièces de dix louis ; mais ces deux dernières espèces ne furent que des pièces de plaisir, et n'ont point eu cours dans le commerce. Le célèbre Varin en avait fait les coins ; jamais les monnaies n'ont été si belles ni si bien monnoyées, que pendant que cet habîle homme en a eu l'intendance.

Les louis d'or, ou comme nous les nommons simplement, les louis, ont fréquemment changé de poids et de prix idéal. Ceux qu'on fait aujourd'hui sont de 30 au marc et valent 24 livres, ainsi le marc d'or monnoyé vaut 720 livres, au lieu qu'en 1640 les louis d'or valant 10 livres et étant de 36 1/4 au marc, le marc ne valait que 362 livres 10 sols.

On trouvera, si l'on en est curieux, dans le Blanc, Boizard, et autres écrivains modernes, les différents changements idéaux qui sont arrivés au prix du louis d'or, sous le règne de Louis XIV. et de Louis XV. jusqu'à ce jour ; mais il vaudra mieux lire les mots ESPECES (commerce), et MONNOIE.




Affichages : 1525