Imprimer
Catégorie parente: Histoire naturelle
Catégorie : Conchyliologie
ou POUSSEPIED, s. m. (Conchyliologie) en latin pollicipes ; coquille multivalve, plate, triangulaire, ayant plusieurs pièces terminées en pointe, attachées à un pédicule, et remarquables par plusieurs filaments.

Les poucepieds que Rondelet a fort mal-à-propos confondus avec les glands de mer, en diffèrent par leurs figures et par leurs pédicules ; car les glands n'en ont jamais.

Les poucepieds diffèrent aussi des conques anatiferes, qui ne sont composées que de six pièces, et dont le pédicule plus long et moins épais, se réunit rarement à quelqu'autre ; il n'est rempli que d'une eau glaireuse et d'une houppe chevelue. Le poucepied au contraire n'est jamais seul ; il est accompagné de plusieurs autres qui forment des grouppes en masse, et ne s'attachent par paquets qu'aux seuls rochers sous l'eau ; ils ne se découvrent même qu'en basse marée. Cette réunion de poucepieds forme un arbre dont les différents pédicules sont les branches ; le sommet est chargé d'une multitude de petits battants triangulaires qui ont chacun leur houppe : ce pédicule est plus court, plus épais, d'une forme et d'une couleur différentes de celui des conques anatiferes. On ne mange que la chair du pédicule des poucepieds.

L'animal qui est contenu dans la coquille, est presque le même que celui des conques anatiferes, excepté la longueur et la grandeur de ses bras ou panaches. Ce panache est semblable à celui de la conque anatifère ; la variété de la figure du poucepied et du sommet de son pédicule, est suffisante pour ne pas confondre ces deux familles ensemble.

Les poucepieds ne peuvent remuer la moindre partie de leur coquille ; il suffit qu'ils soient grouppés et adhérents à d'autres, pour ôter l'idée qu'ils aient quelque mouvement. Histoire des coquillages. (D.J.)




Affichages : 1035