Imprimer
Catégorie parente: Science de Dieu
Catégorie : Histoire ecclésiastique
S. m. p. (Histoire ecclésiastique) branche ou secte d'anciens Hussites. Voyez HUSSITES.

Vers la fin du quinzième siècle, les Hussites s'étant divisés en plusieurs sectes, il y en eut une qui se retira sur une petite montagne située en Bohème, à 15 lieues de Prague, se mit sous la conduite de Zisca, se bâtit un fort ou château, et lui donna le nom de Tabor, soit par rapport à ce que le mot thabor signifie en esclavon, un château, soit par allusion à la montagne de Tabor, dont il est fait mention dans l'Ecriture ; quoi qu'il en sait, c'est de-là qu'ils ont été appelés Taboristes.

Ces sectaires poussèrent la prétendue réformation plus loin que Jean Huss ne l'avait fait lui-même ; ils rejettèrent le purgatoire, la confession auriculaire, l'onction dans le Baptême, la transubstantiation, etc.

Ils réduisirent les sept sacrements de l'église romaine à quatre ; savoir le Baptême, l'Eucharistie, le Mariage et l'Ordination.

Ils soutinrent hardiment la guerre contre l'empereur Sigismond ; le pape Martin V. fut obligé de publier contr'eux une croisade, qui ne produisit aucun effet. Cependant leur château de Tabor fut assiégé en 1458 par Pogebrac, roi de Bohème, et chef des Calixtins. Les Taboristes, après un an entier de résistance, furent emportés d'assaut et passés au fil de l'épée sans en excepter un seul ; la forteresse fut ensuite rasée.




Affichages : 1660