Imprimer
Catégorie parente: Science
Catégorie : Hydraulique
adj. m. en Hydraulique : on appelle un tuyau aspirant, celui dont on se sert dans une pompe pour élever l'eau à une certaine hauteur. Il doit être d'un plomb moulé bien épais et reforgé, de crainte des soufflures qui empêcheraient l'eau de monter. (K)

ASPIRANT, adj. pris subst. est celui qui aspire à quelque chose, qui veut y parvenir : il se dit particulièrement des apprentis qui veulent devenir maîtres, soit dans les six corps des Marchands de Paris, soit dans les communautés des Arts et Métiers.

Aspirant à la maitrise dans les six corps des Marchands de Paris, est celui qui ayant l'âge requis, fait son temps d'apprentissage, et servi chez les maîtres, aspire à se faire recevoir maître lui-même.

Personne ne peut aspirer à être reçu Marchand, qu'il n'ait vingt ans accomplis, et ne rapporte le brevet et les certificats de son apprentissage, et du service qu'il a fait depuis chez les maîtres. Si le contenu aux certificats ne se trouvait pas véritable, l'aspirant serait déchu de la maitrise ; le maître d'apprentissage qui aurait donné son certificat, condamné en 500 livres d'amende, et les autres certificateurs chacun en 300 livres.

L'aspirant à la maitrise doit être interrogé sur les livres et registres à parties doubles et à parties simples ; sur les lettres et billets de change ; sur les règles de l'arithmétique ; sur les parties de l'aune, sur la livre et poids de marc ; sur les mesures et les poids, et sur les qualités des marchandises autant qu'il doit convenir pour le commerce dont il entend se mêler.

Il est défendu aux particuliers et aux communautés de prendre ni recevoir des aspirants aucuns présents pour leur réception, ni autres droits que ceux qui sont portés par les statuts, sous quelque prétexte que ce puisse être, à peine d'amende, qui ne peut être moindre de 100 livres. Il est aussi défendu à l'aspirant de faire aucun festin, à peine de nullité de sa réception.

Outre ces règlements généraux, portés par les articles 3, 4 et 5 du tit. I. de l'ord. de 1673, chacun des six corps de Marchands en a de particuliers, soit pour le temps d'apprentissage, soit pour celui du service chez les maîtres, soit pour le chef-d'œuvre : les voici.

Dans le corps des Drapiers-Chaussetiers, qui est le premier des six corps, les aspirants à la maitrise ne sont point tenus de faire chef-d'œuvre ; il suffit qu'ils aient servi les Marchands Drapiers trois ans en qualité d'apprentis, et deux ans depuis la fin de leur apprentissage.

Quoique les Apothicaires, Epiciers, Droguistes, Confiseurs et Ciriers, ne fassent qu'un et même corps, qui est le deuxième des six corps de Marchands ; néanmoins les aspirants sont tenus de différentes choses, selon l'état qu'ils veulent embrasser dans le corps.

Ceux qui aspirent à la Pharmacie ou Apothicairerie, doivent avoir fait quatre ans d'apprentissage et six années de service chez les maîtres : outre cela ils doivent être examinés et faire chef-d'œuvre.

Dans le corps des Marchands Merciers-Grossiers-Jouailliers, qui est le troisième des six corps, les aspirants ne sont assujettis à aucun chef-d'œuvre ; il suffit pour être admis à maitrise, qu'ils aient été au service des Marchands Merciers trois ans en qualité d'apprentis, et trois autres après leur apprentissage en qualité de garçons.

Dans le corps des Marchands Pelletiers-Haubanniers-Foureurs, qui est le quatrième des six corps, les aspirants à la maitrise doivent justifier de leur apprentissage et du service chez les maîtres ; savoir, quatre ans d'apprentissage et quatre ans de service, et ils sont obligés à chef-d'œuvre.

Ceux qui aspirent à être reçus dans le corps des Marchands Bonnetiers-Almulciers-Mitonniers, qui est le cinquième des six corps, sont aussi tenus de faire chef-d'œuvre, et doivent avoir fait leur apprentissage de cinq ans, et le service des maîtres pendant cinq autres années.

Enfin ceux qui aspirent à se faire recevoir dans le sixième et dernier corps des Marchands, qui est celui de l'Orfèvrerie, doivent justifier de huit ans d'apprentissage et de deux ans de service chez les maîtres : outre cela ils sont encore obligés de faire chef-d'œuvre, et de donner caution de la somme de 1000 livres.

Les aspirants à la maitrise dans les communautés des Arts et métiers, ont aussi leurs règlements, leur temps d'apprentissage, celui du service chez les maîtres, et leur chef-d'œuvre : mais presque tous diffèrent suivant la diversité des professions et des ouvrages qu'on y fait. On trouvera dans ce Dictionnaire les détails les plus importants à cet égard sous les noms de différents Arts et Métiers. (G)




Affichages : 1379