Imprimer
Catégorie parente: Arts & métiers
Catégorie : Serrurerie
S. f. (Serrurerie) On entend en général par ce mot les trous percés au foret pour l'assemblage, tant des grands ouvrages de serrurerie que des petits ; mais il se dit principalement du trou pratiqué à l'extrémité d'une clé, vers le panneton, qui reçoit une broche à son entrée dans la serrure. Il y a de ces forures d'une infinité de figures possibles. Les rondes sont les plus faciles ; elles se font au foret, sans exiger d'autre attention de la part de l'ouvrier, que d'avoir un foret de la juste grosseur dont il veut percer sa forure, et de prendre bien le milieu de la grosseur de la tige. Cela fait, la broche entrera droit et juste dans la forure, et le bout de la clé ira bien perpendiculairement s'appliquer sur le palâtre, à l'origine de la broche, ce qui n'arriverait pas si la broche ou la forure était un peu versée de côté ; mais un autre inconvénient, c'est que pour peu que la forure fût commencée obliquement, ou la tige de la clé serait percée en-dehors, avant que la forure eut la profondeur convenable, ou la broche, surtout si elle est juste, ne pourrait y entrer : ce qui l'empêcherait encore, ce serait le canon qui est monté sur la couverture ou le foncet de la serrure, et dont la broche occupe le centre sur toute sa longueur.

Si l'on perce au bout de la tige huit petits trous de foret, et qu'on en pratique un neuvième au centre de ces huit, qu'on évuide ce qui reste de plein, et qu'on finisse le tout ensuite avec un mandrin fait en croix de chevalier, on aura la forure en croix de chevalier.

Si l'on perce au centre de la tige un trou de foret ; et qu'en évuidant avec un burin, on pratique autour des petits rayons, et qu'on finisse le tout avec le mandrin en étoile, on aura une forure en étoile.

Si l'ouvrier, après avoir bien dressé le bout de sa tige, y trace la forme d'une fleur-de-lis, et qu'aux centres des quatre fleurons les plus forts de la fleur-de-lis, il perce quatre trous de foret ; qu'il évuide le reste avec de petits burins faits exprès, et qu'il finisse le tout avec un mandrin en fleur-de-lis, qu'il fera entrer doucement dans la forure, de peur de l'y casser, il aura une forure en fleur-de-lis.

Il en est de même de la forure en tiers-point, de la forure en treffle, et d'une infinité d'autres qu'on peut imaginer.



Affichages : 867