Imprimer
Catégorie parente: Histoire
Catégorie : Antiquité romaine
S. m. Liburnus, (Histoire romaine) huissier qui appelait les causes qu'on devait plaider dans le barreau de Rome ; c'est ce que nous apprenons de Martial qui tâche de détourner Fabianus, homme de bien, mais pauvre, du dessein de venir à Rome où les mœurs étaient perdues ; procùl horridus liburnus ; et Juvenal dans sa quatrième Satyre,

Primus, clamante liburno,

Currite, jàm sedit.

L'empereur Antonin décida dans la loi VII. ff. de integ. restit. que celui qui a été condamné par défaut, doit être écouté, s'il se présente avant la fin de l'audience, parce qu'on présume qu'il n'a pas entendu la voix de l'huissier, liburni. Il ne faut donc pas traduire liburnus par crieur public, comme ont fait la plupart de nos auteurs, trop curieux du soin d'appliquer tous les usages aux nôtres. (D.J.)

LIBURNE, s. f. (Arch. nav.) liburna dans Horace, liburnica dans Suetone et dans Lucain ; sorte de frégate légère, de galiote, ou de brigantin à voiles et à rames, qu'employaient les Liburniens pour courir les îles de la mer Ionienne. Suidas dit que les liburnes servaient beaucoup en guerre pour des pirateries, à cause qu'elles étaient bonnes voilières. La flotte d'Octave en avait un grand nombre qui lui furent très-utiles à la bataille d'Actium. Végece prétend qu'elles étaient de différentes grandeurs, depuis un rameur jusqu'à cinq sur chaque rame ; mais nous ne comprenons rien à la disposition et à l'arrangement de ces rangs de rames, dont plusieurs auteurs ont tâché de nous représenter la combinaison. Il ne s'agit pas ici d'une spéculation stérile, il s'agit d'une exécution pratique. (D.J.)



Affichages : 824