Imprimer
Catégorie parente: Histoire naturelle
Catégorie : Botanique
S. m. (Botanique) on donne le nom de marum à deux plantes qui appartiennent à deux genres différents. Le vrai marum, ou celui de Cortusus, est une espèce de chamédris. L'autre marum, ou marummastich, est une espèce de thymbra.

Le vrai marum, est le chamaedris maritima, incana fructescens, foliis lanceolatis, de Tournefort, I. R. H. 205.

C'est une plante de la hauteur d'un pied, dont la racine est fibreuse, et qui différe des autres espèces de chamaedris, 1°. par ses tiges ligneuses, blanches et velues ; 2°. par ses feuilles, semblables à un fer de lance, longues de quatre lignes, larges de deux, d'un verd gai, blanches en-dessous, d'une saveur acre et amère, d'une odeur forte et aromatique agréable, qui porte aussi-tôt aux nerfs de la membrane pituitaire, et cause l'éternument.

Ses fleurs sont entières, et naissent des aisselles des feuilles ; elles sont d'une seule pièce, purpurines, en gueule. Les étamines occupent la place de la lèvre supérieure ; la lèvre inférieure est divisée en cinq parties, dont celle du milieu est plus ample, et creusée en cueilleron.

Leur calice est semblable à ceux des autres chamaedris ; il est cotonneux, blanchâtre. Il en sort un pistil attaché à la partie postérieure de la fleur ; il est comme accompagné de quatre embryons, qui se changent en autant de graines arrondies, semblables à celles des chamaedris, renfermées dans une capsule qui servait de calice à la fleur.

Cette plante est cultivée par les curieux ; mais son odeur est tellement agréable aux chats, qu'elle les attire de tous côtés dans les jardins où on la cultive. Elle les rend comme insensés, et les brule des feux de l'amour ; de sorte qu'ils mordent le marum, se roulent dessus, l'humectent de salive, et le souillent quelquefois. En un mot, on a bien de la peine à conserver cette plante dans des jardins, à moins qu'on ne la renferme dans des cages de fer.

On emploie rarement le marum de Cortusus dans les boutiques, cependant il ne tient pas le dernier rang parmi les plantes aromatiques. On tire de ses feuilles une huile essentielle, dont l'odeur est très-agréable, et qui est recherchée par les Hollandais.

Le marum-mastich est l'espèce de thymbra, nommée par Tournefort thymbra hispanica, majoranae folio, I. R. H. 197. C'est une petite plante ligneuse, qui jette beaucoup de branches divisées en plusieurs rameaux. Les racines sont menues, ligneuses. Ses feuilles sont semblables à celles du serpolet, mais cendrées, d'une odeur qui approche en quelque façon à celle du mastic, et d'une saveur âcre.

Au sommet des rameaux, et un peu au-dessous, sont des petites têtes cotonneuses, qui les embrassent en manière d'anneaux. Il en sort des petites fleurs blanchâtres, semblables à celles du thym, d'une seule pièce, en gueule ; la lèvre supérieure est redressée et échancrée, et l'inférieure est partagée en trois parties.

Toute cette plante a une odeur agréable, mais un peu forte ; elle vient d'elle-même en Espagne, et dans les pays chauds. On la cultive dans nos jardins. (D.J.)

MARUM, vrai marum, ou marum cortusi, (Chimie et mat. méd.) les feuilles de marum étant froissées entre les doigts exhalent un principe volatil aromatique pénétrant, qui excite l'éternument, qui pique les yeux, même à une distance de quelques pouces : elles ont une saveur âcre, piquante et amère ; elles fournissent par la distillation une huile essentielle, comme la plupart des autres plantes aromatiques, et une eau distillée très-chargée d'un principe mobile, actif et aromatique.

On fait rarement usage du marum en Médecine ; il n'est cependant inférieur en vertus à aucune autre plante de sa classe, qui est celle des labiées de Tournefort. La vivacité de sa partie volatile peut faire penser au contraire, qu'il serait plus efficace que la plupart de ces plantes, comme stomachique, diaphorétique, diurétique, émunagogue, béchique, apéritif, tonique, aphrodisiaque, etc.

Cette dernière qualité est peut-être indiquée par l'effet que cette plante produit sur les chats, qui sont attirés de très-loin par son odeur, qui se jettent dessus avec une espèce de fureur, qui s'y roulent, qui la mordent, la déchirent, et qui finissent par y répandre leur semence.

Les sommités fleuries du marum entrent dans les trochiques hedicroy, et dans l'eau générale de la Pharmacopée de Paris. (b)

MARUM MASTIC, (Matière médicale) cette plante a une odeur agréable, mais forte ; on lui attribue les mêmes vertus qu'au vrai marum ; et en effet, elle doit posséder au moins les vertus génériques de la classe à laquelle elles appartiennent l'une et l'autre. Voyez MARUM. (b)



Affichages : 769