Imprimer
Catégorie parente: Physique particulière
Catégorie : Chirurgie
ou RHEGMA, s. f. terme de Chirurgie, dérivé du grec, qui signifie rupture, et que les oculistes ont employé pour désigner l'oeil crevé ou rompu ; cet accident est l'effet d'une plaie ou d'un coup violent qui en déchirant le globe de l'oeil, cause l'écoulement des humeurs qui y sont contenues. La chirurgie, dans un cas si triste, ne peut que remédier aux désordres qui accompagnent ou qui suivent cette blessure ; calmer l'inflammation, apaiser la douleur, resoudre le sang extravasé, procurer la suppuration des membranes coupées, dechirées, ou contuses, mondifier ensuite et cicatriser l'ulcère ; voilà à quoi le chirurgien doit s'occuper, et tels sont les objets de ses soins.

Les saignées, le régime, et les lotions émollientes résolutives, préviendront l'inflammation, calmeront celle qui serait survenue, et apaiseront la douleur. Les auteurs recommandent le sang de pigeon coulé dans l'oeil, comme un excellent remède ; je n'en ai jamais Ve que de mauvais effets ; le lait dans lequel on a fait infuser du safran, donne un reméde très-adoucissant et calmant ; pour faire suppurer la cornée, on en touche la plaie avec la frange d'une plume trempée dans du lait de femme, dans lequel on a delayé un jaune d'œuf frais avec un peu de safran ; lorsque l'inflammation est diminuée, on met en usage pour resoudre le sang extravasé, des compresses appliquées chaudement sur tout l'oeil et les parties voisines, et trempée dans une décoction d'absynthe, d'hyssope, de camomille et de melilot, faite dans le vin ; si la quantité du sang extravasé faisait craindre sa corruption, on emploierait l'esprit de vin camphré ; lorsque la suppuration diminue et qu'il est question de passer des remédes dont nous avons parlé plus haut pour la favoriser, aux cicatrisans, on se sert des collyres secs dont nous avons parlé pour les ulcères de l'oeil. Voyez ARGEMON. (Y)



Affichages : 806