glis, s. m. (Histoire naturelle, Zoologie) rat dormeur qui se trouve dans les bois comme l'écureuil, et qui lui ressemble beaucoup par la forme du corps, surtout par la queue, qui est garnie de longs poils d'un bout à l'autre. Cependant le loir est beaucoup plus petit que l'écureuil ; il a la tête et le museau moins larges que l'écureuil, les yeux plus petits et moins saillans, les oreilles moins longues, plus minces, et presque nues ; les jambes et les pieds plus petits, et les poils de la queue moins longs. Il y a des différences très-apparentes dans les couleurs du poil de ces deux animaux ; les yeux du loir sont bordés de noir : la face supérieure de cet animal, depuis le bout du museau jusqu'à l'extrémité de la queue, est d'une couleur grise, mêlée de noir et argentée : la face inférieure a une couleur blanche légèrement teinte de fauve en quelques endroits, et argentée sur quelques poils. Le milieu de la face supérieure du poignet et du métatarse est noirâtre.

Le loir se nourrit, comme l'écureuil, de farine, de noisettes, de châtaignes, et d'autres fruits sauvages ; il mange aussi de petits oiseaux dans leurs nids. Il se fait un lit de mousse dans les creux des arbres ou dans les fentes des rochers élevés. Le mâle et la femelle s'accouplent sur la fin du printemps ; les petits naissent en été : il y en a quatre ou cinq à chaque portée. On assure que les loirs ne vivent que six ans : ils faisaient partie de la bonne-chère chez les Romains ; on en mange encore en Italie. Pour en avoir on fait des fosses dans un lieu sec, à l'abri d'un rocher, au milieu d'une forêt : on tapisse de mousse ces fosses, on les recouvre de paille, les loirs s'y retirent, et on les y trouve endormis vers la fin de l'automne. En France, la chair de cet animal n'est guère meilleure que celle du rat d'eau. Les loirs sont courageux, ils mordent violemment : ils ne craignent ni la belette ni les petits oiseaux de proie : ils évitent le renard en grimpant au sommet des arbres ; mais ils deviennent la proie du chat sauvage et de la marte. On ne dit pas qu'il y ait des loirs dans les climats très-froids ou très-chauds, mais seulement dans les pays tempérés et couverts de bois. On en trouve en Espagne, en France, en Grèce, en Italie, en Allemagne, en Suisse, etc. Voyez l'hist. nat. génér. et particul. tome VIII. Voyez RAT DORMEUR, quadrupede.

LOIR, le, Lidericus, (Géographie) rivière de France qui prend sa source dans le Perche, passe à Illiers, à Chateaudun, à Claye, à Vendôme, à Montoire, à la Fleche, à Duretal, et se perd dans la Sarte à Briolé, une demi-lieue au-dessus de l île de S. Aubin.