fraxinella, (Histoire naturelle, Botanique) genre de plante à fleurs anomales, composées pour l'ordinaire de cinq pétales. Il sort du calice une grande quantité d'étamines courbes, et un pistil qui devient dans la suite un fruit composé de plusieurs gaines disposées en manière de tête. Chaque gaine renferme une capsule qui s'ouvre en deux parties, qui se recourbent à-peu-près comme des cornes de bélier, lancent au loin des semences qui sont faites pour l'ordinaire en forme de poire. Tournefort, inst. rei herb. Voyez PLANTE. (I)

On distingue cinq ou six espèces de fraxinelle, mais nous ne parlerons que de la fraxinelle commune, nommée fraxinella par Gérard, 1056 ; Tournef. inst. 430. Boerh. Ind. 299. Parkins, theat. 417. dictamnus albus, par J. Bauh. 3. 494. Buxb. 217. Ray, hist. 1. 698. Rupp. flor. jen. 235. &c.

Son odeur est forte, tant sait-peu résineuse ; les racines sont branchues, fibreuses, de la grosseur du doigt ; ses tiges rougeâtres s'élèvent à la hauteur de deux à trois pieds, branchues, velues, garnies de feuilles ailées ou composées de trois, quatre et cinq pattes de petites feuilles rangées sur une côte qui est terminée par une seule feuille ; leur couleur est d'un verd foncé en-dessus et d'un verd-clair en-dessous : elles sont luisantes, fermes, crenelées, de la forme des feuilles de frêne, mais plus petites ; ce qui peut-être a fait donner le nom de fraxinelle à cette plante. Au haut des tiges, sont des fleurs de plusieurs feuilles irrégulières, d'une odeur forte et agréable, quoiqu'elle approche un peu de l'odeur du bouc : leur disposition en long épi fait un bel effet à la vue ; elles sont à cinq pétales blancs ou purpurins, pannachés de lignes de couleur plus foncée.

Les extrémités des tiges et les calices des fleurs, sont couverts d'une infinité de vésicules pleines d'huile essentielle, comme on peut l'observer facilement à l'aide d'un microscope : en effet, elles répandent dans les jours d'été, des vapeurs sulphureuses en si grande abondance, que si l'on place au pied de la fraxinelle une bougie allumée, il sort tout-à-coup une grande flamme qui se communique à toute la plante.

La fraxinelle vient dans les campagnes et dans les forêts des pays chauds, en Provence, en Languedoc, et en Italie : on la cultive aussi beaucoup dans nos jardins, où elle fleurit en Juin et Juillet. Voyez FRAXINELLE, (Jardinage) Enfin sa racine est d'usage en Médecine. Voyez FRAXINELLE, (Pharm. Mat. med.) (D.J.)

FRAXINELLE, (Jardin. Agricult.) cette plante vivace peut être mise au nombre des fleurs de la grande espèce ; elle se perpétue également par sa racine ou par sa graine ; elle aime les pays chauds, et cependant sa culture est aisée ; car il s'agit seulement de la garantir du froid, après l'avoir semée sur couche. On aura soin de la transplanter à la fin de Septembre, afin qu'elle puisse prendre racine avant l'hiver ; et alors elle produira de plus belles fleurs que si l'on faisait cette transplantation au mois de Mars. Elle demande une terre fraiche et riche, qui ne soit ni grasse ni humide.

Quand vous voulez la multiplier de graine, il faut replanter les racines qu'elle a poussées, dans de nouvelles couches, à demi-pié de distance les unes des autres, ayant soin de ne les point endommager, et de les fixer fermement avec de la terre que vous appliquerez tout-autour, pour éviter les effets de la gelée. On ne manquera pas de les laisser une année dans ces nouveaux lits, pendant lequel espace de temps elles prospéreront, et produiront des fleurs l'année suivante : alors ce sera le moment de les mettre dans les allées de vos parterres où vous désirerez qu'elles restent, et où elles méritent d'avoir place par leur beauté longtemps durable. (D.J.)

FRAXINELLE, (Pharmacie, Matière médicale) cette plante porte aussi le nom de dictamne dans les boutiques ; mais il faut se ressouvenir que les feuilles du dictamne en matière médicale, désignent toujours les feuilles du dictamne de Crète, et que les racines du dictamne désignent pareillement toujours les racines de notre fraxinelle. Leur emploi est moderne ; car on n'en trouve aucune mention dans les écrits des Grecs et des anciens Arabes.

La partie d'usage de la fraxinelle en fait de maladies, est donc sa racine, ou plutôt l'écorce de la racine de cette plante. Cette écorce est assez épaisse, blanche, roulée comme la cannelle, d'un goût un peu amer avec une légère acreté, d'une odeur agréable et forte lorsqu'elle est récente.

Toute la racine ainsi que l'écorce, abonde d'une huile essentielle subtile, et d'une portion considérable de sel essentiel, qui approche du sel ammoniac : on lui attribue les qualités d'être stimulante, apéritive, emménagogue, et vermifuge. La dose est depuis une dragme jusqu'à trois en substance, et jusqu'à deux onces en fusion. Elle entre dans beaucoup de préparations officinales, connues par leur ridicule.

On tire des fleurs de la fraxinelle des pays chauds, une eau distillée très-odoriférante, dont les dames italiennes se servent comme d'un cosmétique également agréable et innocent. (D.J.)