S. m. (Histoire naturelle, Botanique) genre de plante à fleur monopétale et labiée, qui a la lèvre supérieure concave comme une cuillière, et l'inférieure divisée en trois parties, dont celle du milieu est pointue ou obtuse, mais toujours la plus grande. Le pistil sort du calice, et est attaché à la partie postérieure de la fleur, et entourée de quatre embryons, qui deviennent des semences oblongues, et renfermées dans une capsule en forme d'entonnoir, et divisée en cinq parties. Cette capsule vient du calice de la fleur. Tournefort, inst. rei herb. Voyez PLANTE. (I)

Le galéopsis a une odeur de bitume et d'huile fétide, un goût herbeux un peu salé et astringent ; il ne teint pas le papier bleu, ce qui fait présumer que son sel est enveloppé dans une grande quantité de soufre et de terre.

Boerhaave compte quatorze espèces de galéopsis, auxquelles il est inutile de nous arrêter. Il suffira de dire que les trois principales espèces employées en Médecine sous ce nom, sont la grande ortie puante, la petite ortie puante, et l'ortie morte à fleurs jaunes. Le lecteur en trouvera la description au mot ORTIE. (D.J.)