S. m. (Grammaire et Jurisprudence) est la déclaration que l'on fait d'une chose dont on a connaissance.

Le témoignage peut être verbal ou par écrit.

Il peut être donné en présence de simples particuliers, ou devant un juge ou autre officier public, et de-là il se divise en témoignage public ou privé.

Le témoignage domestique est celui qui émane de personnes demeurantes en même maison que celui du fait duquel il s'agit.

Etre appelé en témoignage c'est être interpellé de déclarer ce que l'on sait. Cela se dit ordinairement de quelqu'un qui est assigné pour déposer dans une enquête ou dans une information.

Le faux- témoignage est réputé un crime, selon la justice divine et selon la justice humaine. Voyez FAUX, PARJURE, PREUVE, SUBORNATION, TEMOINS. (A)

TEMOIGNAGE, (Critique sacrée) ce mot, outre le sens de certification d'un fait en justice, se prend dans l'Ecriture, 1°. pour un monument, parce que c'est un témoignage muet : ainsi le monument que les tribus d'Israèl qui demeuraient au-delà du Jourdain érigèrent sur le bord de ce fleuve, est appelé le témoignage de leur union avec leurs freres, qui demeuraient de l'autre côté de la rivière ; 2°. ce mot désigne la loi du Seigneur ; 3°. l'arche d'alliance qui contenait les tables de la loi ; 4°. une prophétie. Tenez secrète cette prophétie. Liga testimonium meum. Is. viij. 16. (D.J.)