S. f. (Architecture) espèce de vases isolés de peu de hauteur, composés de membres d'architecture et de sculpture, du sommet et souvent des côtés desquels s'exhalent des flammes ou des parfums affectés. Ils servent souvent d'amortissement à l'extrémité supérieure d'une maison de plaisance, comme on voit au château de Marli ; ou bien ils couronnent les retables d'autels : on les emploie aussi dans la décoration des catafalques, des arcs de triomphes, feux d'artifices, etc. (P)

CASSOLETTE, (Parfumeur) on donne ce nom à deux instruments destinés au même effet, mais d'une forme différente : l'un est une espèce de réchaud sur lequel on fait bruler des parfums ; l'autre est une petite boite d'or ou d'argent portative, dans laquelle on les renferme.

On appelle aussi cassolette la composition odoriférante. Il est inutile de donner cette composition. On formera une cassolette de l'amas de tout ce qui rend une odeur agréable, observant toutefois qu'il y ait une certaine analogie entre les odeurs ; car il peut arriver ou qu'elles soient rendues plus suaves, ou qu'elles se corrompent par le mélange.