S. f. (Manufacture en soie) espèce d'étoffe dont on connaitra suffisamment la qualité, d'après ce que nous en allons dire.

On distingue plusieurs sortes de lustrine. Il y a la lustrine à poil, la lustrine sans poil, la lustrine courante, et la lustrine rebordée ou liserée et brochée.

De la lustrine sans poil. Quoique cette étoffe ne soit guère de mode aujourd'hui, cependant comme elle peut revenir, et qu'il s'en fabrique chez l'étranger, il ne sera pas inutile d'en donner une idée ; elle se fabrique à douze lisses, huit de satin, quatre de liage, et quatre de rabat. Voyez les articles LISSES et SATIN.

On entend par le rabat quatre lisses dont les fils sont passés sous la maille, comme au liage, avec cette différence, qu'à la première et à la seconde lisse, les fils sont passés sous la première lisse de rabat, et qu'à la troisième et quatrième ils sont passés sous la seconde lisse de rabat ; à la cinquième et sixième, sous la troisième ; et à la septième et huitième, sous la quatrième ; de manière que les quatre lisses contiennent tous les fils de huit lisses de satin.

Par cette distribution on se propose d'exécuter sur cette étoffe une figure qui imite exactement le gros-de-Tours. Pour cet effet, la soie qui est tirée aux deux coups de navette de la première et seconde marches, est abaissée moitié net par deux lisses de rabat qu'on a soin de faire baisser sur chacun des deux coups qui sont passés sous la première et seconde marche, où il n'y a plus de liage par rapport au rabat ; observant de faire baisser les mêmes lisses sous la première et seconde marche, qui sont la première et la troisième de rabat ; sous la troisième et quatrième marche, la seconde et la quatrième de rabat ; sous la cinquième et sixième, la première et la troisième ; enfin sous la septième et la huitième, la seconde et quatrième, en se servant d'une seule navette pour aller et venir chaque coup, et la trame de la couleur de la chaîne.

De la lustrine courante. Si la lustrine est courante, à une seule navette, il ne faut que huit marches : si c'est à deux navettes qui fassent figures, comme aux satins en fin, il en faut douze ; et si elle est brochée et à deux navettes, il en faut seize et pas plus.

Armure d'une lustrine à une seule navette.