(Géographie) province d'Angleterre dans l'intérieur du pays, au diocese de Lincoln. Elle a 96 milles de tour, contient environ 560 mille arpens, et 98 mille 700 maisons. C'est un pays de bon air, d'un terroir fertile en blé, en paturages, et abondant en charbon de terre ; la laine est la plus grande du royaume. Ses principales rivières sont la Stoure, le Reck et le Swist : Leicester en est la capitale.

Joseph Hall, Sir Edouard Leigh, et Thomas Marschall, tous trois connus par leurs travaux étaient du comté de Leicester.

Le premier florissait sur la fin du xvj siècle, et devint par son mérite évêque de Norwich. C'était un homme sage, plein d'esprit et de lumières. Il prétendait que le livre le plus utile, serait, de paucis credendis ad salutem. Il dit dans un sermon qu'il prononça devant le synode de Dordrecht, qu'il y avait deux sortes de Théologie ; l'une bonne et simple, qui faisait le chrétien ; l'autre mauvaise, scolastique, et subtile qui faisait le disputeur ; et qu'il comparait cette dernière théologie à la quantité des Géomètres, laquelle est divisible à l'infini. Plusieurs de ses écrits ont paru dans notre langue. Son traité contre les voyages, intitulé mundus alter et idem, est une peinture très-ingénieuse des mœurs de différentes nations.

On doit au chevalier Leigh une critique sacrée, hébraïque et grecque, qu'on estime encore.

Marschall justifia son érudition dans les langues septentrionales, par un grand ouvrage intitulé, Observationes in Evangelium gothicum, et anglo-saxonicum ; et comme citoyen, il légua tous ses livres et ses manuscrits à l'université d'Oxford.