(Mythologie) fils de la terre, dont le corps étendu couvrait neuf arpens : ainsi parle la fable. Tityus était, selon Strabon, un tyran de Panope, ville de Phocide, qui pour ses violences, s'attira l'indignation du peuple. Il était fils de la Terre, parce que son nom signifie terre ou boue. Il couvrait neuf arpens, ce que les Panopéens, selon Pausanias, entendent de la grandeur du champ où est la sépulture, et non de la grandeur de sa taille.

Homère prétend que ce tyran ayant eu l'insolence de vouloir attenter à l'honneur de Latone lorsqu'elle traversait les délicieuses campagnes de Panope pour aller à Pytho, il fut tué par Apollon à coups de fleches, et précipité dans les enfers. Là, un insatiable vautour attaché sur sa poitrine, lui dévore le foie et les entrailles, qu'il déchire sans-cesse, et qui renaissent éternellement pour son supplice.

Rostroque immanis vultur adunco,

Immortale jecur tundents, foecundaque poenis

Viscera, rimaturque epulas, habitatque sub alto

Pectore, nec fibris requies datur ulla renatis.

Aeneid. l. VI. v. 597.

Cette fiction, dit Lucrece, nous peint les tourments que causent les passions, qui, suivant les anciens, avaient leur siege dans le foie : " le véritable Titye est celui dont le cœur est déchiré par l'amour, qui est dévoré par de cuisantes inquiétudes, et travaillé par des soucis cruels. "

At Tityus nobis hic est, in amore jacentem

Quem volucres lacerant, at que exest anxius angor,

Aut aliae quaevis scindunt torpedine curae.

Il est singulier qu'après avoir représenté Tityus, comme un de ces fameux criminels du tartare, je doive ajouter que ce Tityus avait cependant des autels dans l île d'Eubée, et un temple où il recevait des honneurs religieux ; c'est Strabon qui nous le dit. (D.J.)