S. m. pl. (Histoire ancienne) terme dont on se servait autrefois pour désigner une des portions du peuple romain, qui était opposée à populares. Voyez POPULAIRE.

Selon la distinction des optimates et des populares, donnée par Cicéron, les optimates étaient les meilleurs citoyens, et ceux qui ne cherchaient dans leurs actions que l'approbation de la plus saine partie ; et les populares au contraire, sans se soucier de cette espèce de gloire, ne cherchaient pas tant ce qui était juste et bon en soi, que ce qui était agréable au peuple, et qui pouvait leur être utile à eux-mêmes.

D'autres disent que les optimates étaient les plus ardents défenseurs de la dignité des premiers magistrats, et les plus zélés pour la grandeur de l'état ; qui ne s'embarrassaient point que les membres inférieurs de l'état souffrissent, pourvu que cela servit à augmenter l'autorité des chefs ; et que les populares au contraire, étaient ceux qui recherchaient la faveur du bas peuple, et qui l'excitaient à demander les plus grands privileges pour contrebalancer la puissance des grands.