Parthia, (Géographie ancienne) contrée d'Asie, bornée au nord par la grande Médie et par l'Hyrcanie ; à l'orient par l'Asie ; au midi par la Caramanie déserte, et à l'occident par la Paratacène, où, selon Ptolomée, liv. VI. c. v. par la Médie. Cette contrée était appelée par les Grecs Parthyaea et Parthyene, et par les Latins Parthyene, et souvent Parthia. Les peuples sont nommés Parthiaei par les Grecs, et Parthi par les Latins.

Sous les rois de la Perside, et sous ceux de Syrie de la race de Macédoine, la Parthie ne fit pas grande figure dans le monde. Elle était ordinairement tributaire de quelque souverain du voisinage, et on la comprenait sous l'Hyrcanie, selon Strabon, qui fait entendre qu'elle était pauvre, couverte de bois et de montagnes. Quinte-Curce, liv. IV. ch. ij. dit que du temps d'Alexandre, cette contrée était peu considérable ; mais que du temps qu'il écrivait, elle commandait à tous les peuples qui habitaient au-delà de l'Euphrate et du Tigre jusqu'à la mer rouge.

Les Macédoniens méprisaient ce pays à cause de sa stérilité qui ne lui fournissait pas de quoi faire subsister leurs armées.

Arsacès fut le fondateur de l'empire des Parthes. Cet empire se rendit si puissant, qu'il eut l'avantage de tenir tête assez longtemps aux Romains. Il fut établi 250 ans avant Jesus-Christ, et dura environ 480 ans sous les Arsacides, nom qui fut aussi donné aux peuples qui leur étaient soumis. L'empire des Parthes finit vers l'an 227, sous le règne d'Artaban, qui fut tué par Artaxerxès roi de Perse.

Ptolomée partage la Parthie en différentes portions. Celle qui joignait l'Hyrcanie s'appelait Comisène ; celle qui était au midi de la Comisène s'appelait Parthiene ou Parthie propre ; une autre portion se nommait Choroane ; une autre la Parantaticène, et une autre la Tabiene ; mais ces noms ne sont guère connus. Il suffit de dire que les Parthes, peuples sortis de la Scythie, habitèrent une grande région d'Asie, qui comprenait la Parthie propre, l'Hyrcanie et la Margiane, où sont à-présent le Corasan occidental, le Masanderan ou Tabristan, le Ghilan et une grande partie de l'Irac-Agemi. (D.J.)