Coffretier

terme de Coffretier-Malletier ; c'est une espèce de petite layette en forme de tiroir, qu'on ménage dans quelqu'endroit du dedans d'un coffre, pour y mettre à part les choses ou de plus de conséquence, ou qu'on veut trouver plus aisément sous sa main. Voyez dict. de Tr. et du Comm.
adj. (Coffretier) se dit d'une malle dont les joints ont été radoubés tant en-dedans qu'en-dehors, avec une toile épaisse enduite de colle-forte, avant que d'être couverte de cuir.
S. f. (Coffretier) espèce de coffre de bois rond et long, mais plat par-dessous et par les deux bouts, couvert de cuir, dont on se sert pour mettre des hardes que l'on veut porter en campagne. Voyez COFFRE et les Pl. de Coffretier.

Suivant les statuts des maîtres Coffretiers Malletiers, les malles doivent être de bois de hêtre neuf et sans ourdissure, dont les joints soient au-moins éloignés d'un pouce, bien cuirées par-tout d'une bonne toile trempée en bonne et suffisante colle. Le cuir qui les couvre doit être de pourceau ou de veau passé dans l'alun et tout d'une pièce ; elles doivent être ferrées de bon fer blanc ou noir, avec plus ou moins de bandes, suivant leur grandeur. Les couplets et serrures doivent être pareillement bien conditionnés et de forme requise. Voyez COFFRETIER.

S. f. terme de Coffretier, c'est chez les maîtres Coffretiers-malletiers, maîtres Bourreliers, Selliers, et autres ouvriers, un cuir mince, qu'ils mettent entre deux autres cuirs plus épais qu'ils veulent coudre. Les statuts des Coffretiers leur ordonnent de faire les trépointes des malles, de bon cuir de veau ou de mouton, et de les coudre à deux chefs de bonne ficelle neuve, bien paissée.

TREPOINTE DE DEVANT, (Cordonnier) est une bande de cuir que l'on coud avec la première semelle de l'empeigne.

S. f. (terme de Coffretier) ustensile de cuir uni ou à poil, servant à mettre des hardes et autres choses, pour porter en voyage sur la croupe d'un cheval, ou autrement. (D.J.)