Basse-lisserie

S. f. (Basse-lisserie) c'est l'aller et le venir de la flute qui leur sert de navette, entre les fils de la chaîne de leur ouvrage levés ou baissés par le moyen des marches des lames et des lisses.

PASSEE, (Mégisserie) les mégissiers appellent une passée, deux douzaines de peaux de moutons qu'ils plongent tout-d'un-coup dans une espèce de grande huche, remplie d'une mixtion propre à leur faire prendre le blanc.

PASSEE, chez les faiseurs de papier de tapisserie, est l'action de passer sous la presse en taille-douce un nombre de feuilles blanches à contr'épreuves et des maculatures entr'elles. J'ai fait une passée, je vais en faire une autre. D'où l'on voit que la passée s'entend aussi du paquet d'épreuves de papier blanc et de maculatures qu'on a passées ou qu'on va passer sous la presse. Aucun dictionnaire n'a parlé de ces passées des gravures en bois. Voyez PAPIER DE TAPISSERIE à l'endroit de leur impression. Voyez aussi CONTR'EPREUVES et MACULATURES.

S. m. pl. (Basse-lisserie) ce sont les deux principales pièces qui composent le métier où se fabrique la basse-lisse. Ces pièces sont des deux côtés du métier, et portent à leur extrémité les deux ensuples, sur l'une desquelles se roule la chaîne et sur l'autre l'ouvrage. C'est aussi aux romes que tient le camperche, ou barre de bois qui portent les sautereaux, où sont attachées à des mentonnières les cordes qui servent à serrer le dessein contre la chaîne. Dict. de Comm. (D.J.)
S. m. plur. (Basse-lisserie) ce sont des espèces de petits bâtons dont les basse-lissiers se servent pour attacher les lames où tiennent leurs lisses ; ils sont dans la forme de ce qu'on appelle le fléau dans une balance ; c'est la camperche qui les soutient. (D.J.)
S. m. (Basse-lisserie) c'est un morceau de bois, ou si l'on veut, une espèce de perche où sont attachés les fils de la chaîne de la basse-lisse. Cette perche qui est aussi longue que les ensubles ou rouleaux qui sont aux deux bouts du métier, est emboitée dans une rainure ménagée dans toute la longueur de l'ensuble, chaque ensuble a son wich. (D.J.)