S. m. pl. (Histoire moderne) volontaires ou avanturiers dans les troupes des Turcs, qui les mêlent à celles des Zaïms et des Timariots. Autrefais ils s'entretenaient à leurs dépens, dans l'espérance d'obtenir par quelqu'action signalée la place d'un zaïm ou d'un timariot mort à l'armée. Aujourd'hui les Gionulis forment un corps de cavalerie soumis aux ordres des visirs, sous le commandement d'un colonel particulier qu'on nomme Gionuli agasi. Dans les jours de cérémonie, ils portent un habit à la hongroise ou à la bosnienne. On croit que leur nom vient de gionum, mot turc qui signifie impétuosité furieuse, parce qu'en effet ils sont fort intrépides, et s'exposent aux dangers sans ménagement. Ricaut, de l'empire ottoman. (G)