ou NÉETHO, (Géographie ancienne et moderne) en latin Néthus ; rivière d'Italie dans le royaume de Naples. Elle coule sur les confins des deux Calabres, du couchant au levant, passe à San-Severino, et va se jeter dans la mer Ionienne entre le cap de Lisse et le cap delle Colonne.

Strabon, l. VI. remarque qu'une bande de grecs au retour de l'expédition de Troie, s'arrêta à l'embouchure du Néethe ; et que pendant qu'ils couraient le pays pour le reconnaitre, leurs captives ennuyées de la mer brulèrent leurs vaisseaux, et les obligèrent par-là de s'arrêter dans cette partie de l'Italie. signifie embrasement de vaisseaux.

Théocrite dans sa 4. idylle, a chanté les prérogatives de cette rivière ; il décrit même trois sortes de plantes qui rendaient ses paturages supérieurs à tout autre. La première de ces plantes est l', qui selon un des scholiastes, était bonne pour arrêter l'inflammation des plaies ; la seconde plante, que Théocrite appelle , avait la propriété de conserver les femmes dans l'esprit de chasteté que la religion exigeait d'elles pendant la célébration des mystères de Cérès. Elles faisaient des jonchées de cette herbe, sur lesquelles elles couchaient tant que durait la fête. La troisième plante est la mélisse, , qui nous est aussi connue que les deux autres le sont peu. (D.J.)