L'abomination de désolation prédite par Daniel, c. jx. v. 27. marque, selon quelques interpretes, l'idole de Jupiter Olympien, qu'Antiochus Epiphane fit placer dans le temple de Jérusalem. La même abomination de désolation dont il est parlé en S. Marc, c. vj. v. 7. et en S. Matth. c. xxjv. v. 15. qu'on vit à Jérusalem pendant le dernier siège de cette ville par les Romains, sous Tite, ce sont les enseignes de l'armée Romaine, chargées de figures de leurs dieux et de leurs empereurs, qui furent placées dans le temple après la prise de la ville et du temple. Calmet, dict. de la Bible, tome I. lett. A. p. 21. (G)