S. m. instrument de fer dont on se sert dans la fabrication des ardoises. Il a son extrémité supérieure carrée comme la tête d'un marteau ; il va toujours en diminuant comme un coin. Son extrémité inférieure se terminerait en taillant, comme l'extrémité tranchante d'un ciseau, si on n'y avait pratiqué une entaille en V, qui y forme deux pointes. La plus petite des figures K, Pl. I. de l'ardoise, est un alignouet. Quand une pièce d'ardoise est bien séparée de son banc, on la jette dans la foncée. Voyez BANC et FONCEE. On la sort de la carrière ; et la première opération, qui consiste à la diviser par son épaisseur, s'exécute avec la pointe. Voyez POINTE. La pointe prépare une entrée à l'alignouet. On place l'alignouet dans l'entrée préparée par la pointe ; on frappe sur l'alignouet avec un pic moyen, et la séparation de la pièce d'ardoise se fait. Voyez PIC MOYEN et ARDOISE.