adj. (Histoire ecclésiastique) il se dit de quelques institutions, usages, réglements ecclésiastiques dont on attribue l'origine à S. Grégoire le grand, pape qui vivait dans le vj. siècle. Ainsi l'on dit rit grégorien, et chant grégorien.

Le rit grégorien sont les cérémonies que le pape saint Grégoire introduisit dans l'Eglise romaine, tant pour la célébration de la liturgie, que pour l'administration des sacrements ; et qui sont contenues dans le livre de ce pontife, connu sous le nom de sacramentaire de S. Grégoire. Voyez LITURGIE, SACREMENS, et SACRAMENTAIRE.

S. Grégoire ne se contenta pas de régler les prières que l'on devait chanter : il en regla aussi le chant ; et c'est ce chant que l'on appelle grégorien, du nom de son auteur, qui, pour en conserver la tradition, établit à Rome une école de chantres qui subsistait encore trois cent ans après, du temps de Jean Diacre. Le moine Augustin allant en Angleterre, emmena des chantres de cette école romaine, qui instruisirent aussi les Gaulois. Quant à la nature et au caractère distinctif du chant grégorien, voyez CHANT, et PLEIN-CHANT. (G)

GREGORIEN, (Chronologie) on appelle calendrier grégorien, le calendrier réformé en 1582 par le pape Grégoire XIII. (voyez CALENDRIER) ; année grégorienne, l'année julienne réformée suivant ce calendrier (voyez AN) ; et on appelle quelquefois époque grégorienne, l'année 1582, époque de la réformation de ce même calendrier. Ainsi on dit : l'année 1757 est la 175e de l'époque grégorienne.