S. m. pl. (Théologie) ce mot vient de l'hébreu nathan, qui signifie donner. Les Nathinéens ou Néthinéens étaient des serviteurs qui avaient été donnés et voués au service du tabernacle et du temple chez les Juifs pour les emplois les plus pénibles et les plus bas, comme de porter le bois et l'eau.

On donna d'abord les Gabaonites pour remplir ces fonctions, Josué ix. 27. Dans la suite, on assujettit aux mêmes charges ceux des Chananéens qui se rendirent, et auxquels on accorda la vie. On lit dans Esdras, c. viij. que les Nathinéens étaient des esclaves voués par David et par les princes pour le ministère du temple, et ailleurs, qu'ils étaient des esclaves donnés par Salomon. En effet, on voit dans les livres des rais, que ce prince avait assujetti les restes des Chananéens, et les avait contraints à diverses servitudes, et il y a toute apparence qu'il en donna un nombre aux prêtres et aux lévites, pour leur servir dans le temple. Les Nathinéens furent emmenés en captivité avec la tribu de Juda, et il y en avait un grand nombre vers les portes caspiennes d'où Esdras en ramena quelques-uns au retour de la captivité ; ils demeurèrent dans les villes qui leur furent assignées ; il y en eut aussi dans Jérusalem qui occupèrent le quartier d'Ophel. Le nombre de ceux qui revinrent avec Esdras et Nehemie ne se montant à guère plus de 600, et ne suffisant pas pour remplir les charges qui leur étaient imposées, on institua dans la suite une fête nommée xilophorie, dans laquelle le peuple portait en solennité du bois au temple pour l'entretien du feu de l'autel des holocaustes. Voyez XILOPHORIE. Calmet, diction. de la bible.