En ce sens on dit que Dioclétien et Charles V. abdiquèrent la Couronne, et que Philippe IV. Roi d'Espagne l'a résigna. Le Parlement d'Angleterre a décidé que la violation des Lois faites par le Roi Jacques, en quittant son Royaume, sans avoir pourvu à l'administration nécessaire des affaires pendant son absence, emportait avec elle l'abdication de la Couronne : mais cette décision du Parlement est-elle bien équittable ?

ABDICATION dans le Droit civil, se prend particulièrement pour l'acte par lequel un père congédie et désavoue son fils, et l'exclut de sa famille. En ce sens, ce mot est synonyme au mot Grec ἀποκήρυξις, et au mot Latin, à familiâ alienatio, ou quelquefois ablegatio et negatio, et est opposé à adoption. Il diffère de l'exhérédation, en ce que l'abdication se faisait du vivant du père, au lieu que l'exhérédation ne se faisait qu'à la mort. Ainsi quiconque était abdiqué, était aussi exhérédé, mais non vice versâ. Voyez EXHEREDATION.

L'abdication se faisait pour les mêmes causes que l'exhérédation.

ABDICATION s'est dit encore de l'action d'un homme libre qui renonçait à sa liberté, et se faisait volontairement esclave ; et d'un citoyen Romain qui renonçait à cette qualité, et aux privilèges qui y étaient attachés.

ABDICATION, au Palais, est aussi quelquefois synonyme à abandonnement. Voyez ABANDONNEMENT. (H)