fleuve d'Elide : on croyait qu'il traversait la mer, et se rendait ensuite en Sicile auprès de la fontaine Aréthuse ; opinion fondée sur ce que l'on retrouvait, à ce qu'on croyait, dans l île d'Ortygie, ce que l'on jetait dans l'Alphée : mais ce phénomene n'est fondé que sur une ressemblance de mots, et que sur une ignorance de langue ; sur ce que l'Aréthuse étant environnée de saules, les Siciliens l'appelèrent Alphaga : les Grecs qui vinrent longtemps après en Sicile, y trouvèrent ce nom qu'ils prirent aisément pour celui d'Alphée ; et puis voilà un article de Mythologie payenne tout préparé : un Poète n'a plus qu'à faire le conte des amours du fleuve et de la fontaine, et le Paganisme aura deux dieux de plus : l'aventure de quelque enfant exposé dans ces lieux, multipliera bientôt les autels ; car qui empêchera un Poète d'attribuer cet enfant au dieu et à la fontaine, qui par ce moyen ne se seront pas cherchés de si loin à propos de rien ?