S. m. pl. (Théologie) secte du second et troisième siècle ; dont la croyance était que J. C. reviendrait sur la terre, et y régnerait l'espace de mille ans, pendant lesquels les fidèles jouiraient de toutes sortes de félicités temporelles ; et au bout duquel temps arriverait le jugement dernier. On les appelait aussi Chiliastes. Voyez CHILIASTES.

L'opinion des Millenaires est fort ancienne ; et remonte presque au temps des Apôtres. Elle a pris son origine d'un passage de l'apocalypse entendu trop à la lettre, où il est fait mention du règne de J. C. sur la terre.

L'opinion de S. Papias touchant le nouveau règne de J. C. sur la terre, après la resurrection, a été en vogue pendant près de trois siècles, avant d'être taxée d'erreur, comme on l'apprend par la lecture de l'histoire ecclésiastique. Elle a été adoptée et suivie par quantité de pères de l'Eglise des premiers siècles, tels que S. Irenée, S. Justin martyr, Tertullien, etc. mais d'autre part Denis d'Alexandrie, et S. Jerôme ont fortement combattu cette imagination d'un règne de mille ans. Dict. de Trévoux.

Quelques auteurs parlent encore de certains Millenaires, auxquels on donna ce nom, parce qu'ils pensaient qu'il y avait en enfer une cessation de peines de mille en mille ans.