S. m. (Physique) Ce mot composé d', vent, et de , je considere, est quelquefois usité pour désigner une machine qui aide à prédire les changements du vent. Voyez VENT et ANEMOMETRE.

On a prétendu que des hygroscopes faits des boyaux d'un chat, etc. se trouvaient en effet de très-bons anémoscopes, pour annoncer d'avance les variations du vent : mais ce fait mériterait d'être vérifié. Voyez HYGROSCOPE.

L'anémoscope en usage parmi les anciens parait, suivant la description qu'en donne Vitruve, avoir plus servi à montrer de quel côté venait le vent, qu'à faire prévoir d'où il viendrait.

Otto de Guericke donne le nom d'anémoscope à une machine de son invention, pour indiquer d'avance les changements de temps. Voyez TEMS.

C'était un petit homme de bois, qui s'élevait et retombait dans un tube de verre, selon que l'atmosphère était plus ou moins pesante.

M. Lomiers a montré que cet anémoscope n'était qu'une application du baromètre ordinaire. Voyez BAROMETRE. Voyez aussi Merc. gal. 1683. Act. erud. 1684, p. 26. (O)