S. f. en Physique, est l'élévation de quelque solide au-dessus de la surface d'un fluide plus pesant que lui, dans lequel il a été plongé avec force, ou jeté. Voyez FLUIDE. Ce mot vient d'emergère, sortir dehors, qui est opposé à mergère, plonger.

C'est une des lois connues de l'Hydrostatique, qu'un corps solide étant enfoncé avec force dans un fluide plus pesant, fait effort immédiatement après pour remonter ; et cela avec un degré de force égal à l'excès du poids d'un pareil volume du fluide sur le poids du solide même. Par exemple, un solide étant plongé dans un fluide d'une gravité spécifique double de la sienne, il remontera en-haut avec une force égale à la moitié de celle avec laquelle il descendrait dans l'air libre ou dans le vuide ; et il remontera jusqu'à ce que la moitié de son volume soit hors du fluide ou au-dessus de sa surface : car en cet état sa partie submergée occupera la place d'une portion de fluide d'une pesanteur égale à celle du corps entier ; et par conséquent la colonne dans laquelle se trouve ce corps, sera en équilibre avec les colonnes adjacentes. Voyez FLUIDE, HYDROSTATIQUE, AREOMETRE, BALANCE HYDROSTATIQUE, PESANTEUR SPECIFIQUE.

EMERSION, en Astronomie. On se sert de ce mot pour marquer que le Soleil, la Lune ou quelqu'autre planète recommencent à paraitre, après avoir été éclipsés ou cachés par l'interposition de la Lune, de la Terre, ou de quelqu'autre corps céleste. Voyez ECLIPSE.

On trouve quelquefois les différences en longitude, par l'observation des immersions ou des émersions du premier satellite de Jupiter. Voyez SATELLITE et LONGITUDE.

On se sert encore du terme émersion, lorsqu'une étoile ou planète que le Soleil cachait, parce qu'il en était trop proche, commence à reparaitre, en sortant, pour ainsi dire, des rayons de cet astre. Voyez MERCURE.

Scrupules ou minutes d'émersion, c'est l'arc que le centre de la Lune décrit depuis le temps qu'elle commence à sortir de l'ombre de la Terre, jusqu'à la fin de l'éclipse. Wolf, Harris et Chambers. (O)