Géométrie & Physique

S. f. (Géométrie et Physique) ce mot signifie proprement le plus court chemin qu'il y a entre deux points, deux objets, etc. Donc la distance d'un point à un point, est toujours une ligne droite tirée entre ces deux points, puisque la ligne droite est la plus courte qu'on puisse mener d'un point à un autre. Par la même raison la distance d'un point à une ligne, est une perpendiculaire menée de ce point à cette ligne.

On mesure les distances en Géométrie par le moyen de la chaîne, de la taise, etc. Voyez CHAINE, etc.

(Géométrie et Physique) est en général le pouvoir passif, ou la propriété qu'a une quantité de pouvoir être séparée en différentes parties, soit actuelles, soit mentales. Voyez QUANTITE et MATIERE.

Les Péripatéticiens et les Cartésiens soutiennent en général que la divisibilité est une affection ou propriété de toute matière ou de tout corps : les Cartésiens adoptent ce sentiment, parce qu'ils prétendent que l'essence de la matière consiste dans l'étendue, d'autant que toute partie ou corpuscule d'un corps étant étendue à des parties qui renferment d'autres parties, est par conséquent divisible.

S. f. (Géométrie et Physique) amas de corps placés les uns sur les autres.

PILE, se dit dans l'Artillerie, d'un amas de plusieurs choses mises les unes sur les autres. Ainsi, une pile de boulets, de bombes, etc. sont des boulets ou des bombes arrangées les unes sur les autres.

Les piles de boulets ont ordinairement pour base un triangle équilateral, un carré, et un rectangle ou carré long. Il y a des méthodes ou des tables particulières pour trouver le nombre des boulets que contiennent chacune de ces piles ; on peut voir sur ce sujet les mémoires d'artillerie de S. Remy ; le cours de mathématique de M. Belidor ; la deuxième édition de notre traité d'artillerie, etc. (Q)