adj. (Arithmétique) c'est ainsi que l'on appelle en Arithmétique le dernier des deux termes d'un rapport, ou celui auquel l'antécédent est comparé. Voyez ANTECEDENT, RAPPORT et PROPORTION.

Ainsi dans le rapport de b à c, la grandeur c est le conséquent, et la grandeur b l'antécédent. (O)

* CONSEQUENT, (le) adj. pris sub. (Logique) c'est la proposition qu'on infère des prémisses d'un raisonnement. Exemp. Il semble que si les hommes étaient naturellement mécans, c'est de la vertu et non du vice qu'ils devraient avoir des remords : or c'est du vice seulement qu'ils ont des remords ; donc ils ne sont pas naturellement mécans. Ils ne sont pas naturellement mécants ; voilà le conséquent : donc est le signe de la conséquence ou de la liaison qu'on suppose entre le conséquent et les prémisses. Si le conséquent est équivoque, c'est-à-dire s'il y a un sens dans lequel il soit bien déduit des prémisses, et un sens dans lequel il soit mal déduit des prémisses, on dit en répondant au raisonnement, je distingue le conséquent ; en ce sens j'avoue la conséquence ; en cet autre sens je nie la conséquence, ou j'avoue la liaison de la proposition avec les prémisses, ou je nie la liaison de la proposition avec les prémisses. Voyez CONSEQUENCE, PREMISSES, SYLLOGISME, RAISONNEMENT.