Géographie

S. m. pl. (Géographie) dans l'ancienne Géographie, c'étaient des peuples d'Ethiopie, qu'on dit avoir vécu dans des caves souterraines ; ce mot est formé du grec , caverne, et de , subeo, j'entre.

Pomponius Méla rapporte qu'ils ne parlent point, mais qu'ils crient ou ne font entendre que des sons sans articulation, qu'ils vivent de serpens, etc. Tzetzés les appelle ichtyophages ou mangeurs de poisson. Montanus croit que c'est le même peuple que l'Ecriture appelle Ghanamins, et Pintianus sur Strabon, veut que l'on écrive ce nom sans l, Trogodytes.

(Géog. mod.) petite riviere de France dans la Provence : elle prend sa source près de l'Arche & de l'Argentiere, traverse la vallée de Barcelonnette, & se rend dans la Durance. (D.J.)

(Géog. anc.) Ubii ; peuples de la Germanie, compris originairement sous le nom général des Staevones. Ils habitoient premierement au-de-là du Rhin. Leur pays étoit d'une grande étendue. Il confinoit du côté du nord au pays des Sicambres, ce qui est prouvé par la premiere expédition de César dans la Germanie transrhénane ; car lorsqu'il fut arrivé aux confins des Ubiens, il entra dans le pays des Sicambres ; & le Segus pouvoit servir de bornes entre ces deux peuples.

adj. en Géographie, est un terme qui s'applique à quelque partie d'un pays, située de l'autre côté d'une rivière, montagne ou autre limite qui partage le pays en deux parties. C'est ainsi que le mont Atlas divise l'Afrique en citérieure et ultérieure, c'est-à-dire en deux parties, dont l'une est en-deçà du mont Atlas par rapport à l'Europe, et dont l'autre est au-delà de cette montagne. Chambers.

(Géog. mod.) riviere de la haute Hongrie. Elle prend sa source aux confins de la Pologne, dans les monts Krapack, donne son nom au comté d'Unghwar qu'elle traverse ; ensuite elle entre dans le comté de Zemblin, où elle se jette dans le Bodrog.