Géographie ancienne & moderne

(Géographie ancienne et moderne) bourg de Grèce, dans l'Attique, sur la côte, à dix milles d'Athènes, du côté de la Béotie. Il tirait son nom de Marathon, petit-fils d'Alœus, qui selon la fable, avait le soleil pour père. Etant arrivé dans la partie maritime de l'Attique, il fonda la bourgade de Marathon, et lui donna son nom. Ce lieu devint ensuite plus connu par la victoire de Thésée sur un furieux taureau qui ravageait la tétrapole d'Attique. Thésée le combattit dans le territoire de Marathon, le dompta, et le sacrifia au temple de Delphes. Mais le nom de Marathon s'est immortalisé par la victoire que les Athéniens, sous la conduite de Miltiade, y remportèrent sur les Perses la troisième année de la soixante-deuxième olympiade. On plaça dans la galerie des peintures d'Athènes, un tableau qui représentait cette célèbre bataille. Miltiade s'y vit seulement représenté dans l'attitude d'un chef, qui exhorte le soldat à faire son devoir ; mais tout vainqueur qu'il était, il ne put jamais obtenir que son nom fût écrit au bas du tableau ; on y grava celui du peuple d'Athènes.

LES, (Géographie ancienne et moderne) en latin Mauri, peuples d'Afrique, qui selon les temps, ont eu une étendue plus ou moins considérable.

Sous les Romains on appelait Maures, les habitants naturels des trois Mauritanies. Ces peuples abandonnèrent à ces maîtres du monde, toutes les côtes de leur pays, et leur payèrent des tributs, pour posséder en paix leurs campagnes. Ils en agirent de même avec les Vandales qui inondèrent l'Afrique, et se cantonnèrent dans l'intérieur du pays vers les montagnes ; mais ils goutèrent le Christianisme que les Vandales avaient répandu dans leurs climats. Avec le temps, les califes de Bagdat ayant fait de grandes conquêtes le long de la Méditerranée en Afrique, les Sarrasins qui s'y étendirent, y portèrent le Musulmanisme.

(Géographie ancienne et moderne) par Strabon , et dans Pline Milo ; île de l'Archipel au nord de l île de Candie, qu'elle regarde, et au sud-ouest de l île de l'Argentière, dont elle est à 3 milles.

Cette ile, si parfaitement décrite par Tournefort, est presque ronde, et a environ 60 milles de tour, elle est bien cultivée, et son port, qui est un des meilleurs et des plus grands de la Méditerranée, sert de retraite à tous les bâtiments qui vont au Levant ou qui en reviennent : car elle est située à l'entrée de l'Archipel, que les anciens connaissaient sous le nom de mer Egée.

(Géographie ancienne et moderne) ville de la Morée, dans les terres auprès d'une petite montagne, branche du Taygete des anciens, et d'une petite rivière du même nom qui se décharge dans le Vasilipotamos.

Misitra, ou du-moins son fauxbourg, est l'ancienne Sparte, cette ville si célèbre dans le monde. Le nom de Misitra lui a été donné sous les derniers empereurs de Constantinople, à cause des fromages de ses environs qu'on appelle vulgairement misitra.

Cette ville n'a plus, à beaucoup près, les 48 stades que Polybe donnait à l'ancienne Lacédémone, Misitra est divisée en quatre parties détachées, le château, la ville et deux fauxbourgs ; l'un de ces fauxbourgs se nomme Mesokorion, bourgade du milieu, et l'autre Enokorion, bourgade du dehors.

(Géographie ancienne et moderne) en latin Cyllene, Cyllena, Cyllenius, nous disons aussi en français Monts Cylléniens, célèbre montagne du Péloponnèse en Arcadie. C'était la plus haute montagne de ce pays-là au jugement du Strabon ; et Dicéarque qui l'avait mesurée, lui donnait 14 à 15 stades de hauteur, c'est-à-dire plus de 1700 pas. Pausanias rapporte qu'il y avait sur son sommet un temple consacré à Mercure. De-là vient que la fable a fait naitre ce dieu sur le Mont-Cyllene ; et Virgile, Enéide l. VIII. v. 138, n'a pas oublié d'en attester la vérité, comme s'il en eut été témoin.