(Droit naturel) peine qu'on fait souffrir à son ennemi, soit par raison, soit par ressentiment d'une offense qu'on en a reçue.

La vengeance est naturelle ; il est permis de repousser une véritable injure, de se garantir par-là des insultes, de maintenir ses droits, et de venger les offenses où les loix n'ont point porté de remède ; ainsi la vengeance est une sorte de justice ; mais j'entends la voix des sages, qui me disent qu'il est beau de pardonner, qu'on doit de l'indulgence à ceux qui nous ont manqué en des choses légères, et du mépris à ceux qui nous ont réellement offensé : l'homme qui a profité des lumières de tous les siècles, condamne tout ce qui n'est que pure vengeance ; celles qui partent d'une âme basse et lâche, il les abhorre, et les compare à des fleches honteusement tirées pendant la nuit. Enfin il est démontré que les personnes d'un esprit vindicatif ressemblent aux sorciers, qui font des malheureux, et qui à la fin sont malheureux eux-mêmes ; je conclus donc que c'est une grande vertu d'opposer la modération à l'injustice qu'on nous a faite. (D.J.)