Chronologie

Dans les Ecrivains modernes, veut dire aussi l'an, comme A. D. anno Domini, l'an de Notre Seigneur : les Anglais se servent des lettres A. M. pour dire Artium Magister, Maitre ès Arts. Voyez CARACTERE. (G)
S. m. (Chronologie) signifie proprement calcul ; mais ce mot s'applique particulièrement aux calculs chronologiques, nécessaires pour construire le calendrier, c'est-à-dire pour déterminer le cycle solaire, le nombre d'or, les épactes, les fêtes mobiles, etc. Voyez ces différents mots. (O)
adj. pl. (Histoire et Chronologie) dans l'ancienne chronologie, est le nom qu'on donnait aux jours, qui dans les années tant communes que bissextiles, sont surnuméraires au-delà du nombre de semaines que l'année renferme. Voici ce que c'est. L'année ordinaire a cinquante-deux semaines et un jour, l'année bissextile cinquante-deux semaines et deux jours : or ce jour ou ces deux jours surnuméraires sont nommés concurrents, parce qu'ils concourent pour ainsi dire avec le cycle solaire. Par exemple, la première année de ce cycle on compte un concurrent, la seconde deux, la troisième trois, la quatrième quatre, la cinquième six au lieu de cinq (parce que cette année est bissextile), la sixième sept, la septième un, etc. et ainsi de suite. Le concurrent 1 répond à la lettre dominicale F, c'est-à-dire à l'année où le premier jour de l'an est un mardi, et ainsi de suite. Ces concurrents s'appellent aussi quelquefois épactes du soleil. On n'en fait plus d'usage depuis l'invention des lettres dominicales. Voyez sur ce sujet l'art de vérifier les dates. Paris, 1750. pag. xxx. de la préface. (O)
S. m. terme de Chronologie, qui signifie une certaine période ou suite de nombres qui procedent par ordre jusqu'à un certain terme, et qui reviennent ensuite les mêmes sans interruption. Voyez PERIODE.

Voici quelle a été l'origine des cycles. La révolution apparente du soleil autour de la terre, fut d'abord divisée arbitrairement en 24 heures ; et cette division devint la base et le fondement de toutes les mesures du temps. Dans l'usage civil on ne connait que les heures ; ou plutôt des multiples d'heures, comme les jours, les années, etc. Mais ni le mouvement annuel du soleil, ni celui d'aucun autre corps céleste, ne peut être mesuré et divisé exactement par le moyen des heures ou de leurs multiples. Par exemple, la révolution annuelle du soleil est de 365 jours et 5 heures, 49 minutes, à très-peu de chose près ; celle de la lune de 29 jours, 12 heures, 44 minutes. Voyez ANNEE et MOIS.

S. f. (Chronologie) indication du temps précis dans lequel un événement s'est passé, à l'aide de laquelle on peut lui assigner dans la narration historique et successive, et dans l'ordre chronologique des choses, la place qui lui convient. On trouve à la tête de l'ouvrage qui a pour titre, l'art de vérifier les dates, dont nous avons parlé à l'article CHRONOLOGIE et ailleurs, une très-bonne dissertation sur les dates des anciennes chartes et chroniques, et sur les difficultés auxquelles ces dates peuvent donner occasion. Une des sources de ces difficultés vient des divers temps auxquels on a commencé l'année, et du peu d'uniformité des anciens auteurs là-dessus. Les uns la commençaient avec le mois de Mars, les autres avec le mois de Janvier ; quelques-uns sept jours plutôt, le 25 Décembre ; d'autres le 25 Mars, d'autres le jour de Pâques. Voyez sur ce sujet un détail très-curieux et très-instructif dans l'ouvrage cité. Voyez aussi les articles AN, CYCLE, ÉPACTE, ERE, INDICTION, etc. (O)