Physique

S. f. (Physique) sorte de météore ou de phénomene lumineux. Voyez AURORE BOREALE.
v. n. (Physique) est l'art ou l'action de descendre dans l'eau jusqu'à une profondeur considérable, et d'y rester assez longtemps.

L'art de plonger est d'une très-grande utilité, surtout pour la péche des perles, des coraux, des éponges, etc.

On a imaginé différentes méthodes et différents instruments pour rendre l'art de plonger plus sur et plus aisé.

Le grand point est de procurer au plongeur un air frais, sans quoi il n'est pas possible qu'il reste longtemps dans l'eau ; car il y périrait.

S. f. (Physique) amas de petites gouttes d'eau, qui tombent en différents temps de l'atmosphère sur notre globe, la pluie vient le plus souvent des nuées, dont les particules aqueuses, tant qu'elles sont séparées les unes des autres, demeurent suspendues en l'air. Mais lorsque ces particules s'approchent davantage, en sorte qu'elles puissent s'attirer mutuellement, elles se joignent et forment une petite goutte, laquelle commence à tomber, dès qu'elle est devenue plus pesante que l'air. Cette petite goutte rencontrant dans sa chute un plus grand nombre de particules, ou d'autres petites gouttes d'eau qui sont aussi suspendues plus bas dans l'air ; elle se réunit encore avec elles et augmente en grosseur, jusqu'à ce qu'elle acquière celle que nous lui remarquons, lorsqu'elle tombe sur notre globe.

S. f. (Physique) que l'on appelle aussi Pneumatologie, et c'est proprement la science qui s'occupe des esprits et des substances spirituelles. Voyez ESPRIT.

Ce mot est formé du grec , spiritus, souffle ou air ; c'est pourquoi de la différente acception de ce mot, pris comme une substance incorporelle pour signifier l'air, il en nait deux sortes de science pneumatique.

Mais on se sert plus communément du mot pneumatique pour signifier la science des propriétés de l'air, et les loix que suit ce fluide dans sa condensation, sa raréfaction, sa gravitation, etc. Voyez AIR.

S. m. (Physique) est l'effort avec lequel un corps tend à descendre, en vertu de sa pesanteur ou gravité. Il y a cette différence entre le poids d'un corps et la gravité, que la gravité est la force même ou cause qui produit le mouvement des corps pesans, et le poids comme l'effet de cette cause, effet qui est d'autant plus grand que la masse du corps est plus grande, parce que la force de la gravité agit sur chaque particule du corps. Ainsi le poids d'un corps est double de celui d'un autre, quand sa masse est double ; mais la gravité de tous les corps est la même, en tant qu'elle agit sur de petites parties égales de chaque corps. Voyez GRAVITE, PESANTEUR.